Livre Oranges Are Not the Only Fruit

Les Oranges Ne Sont Pas les Seuls Fruits (Oranges Are Not the Only Fruit)

Roman lesbien

Récit inspiré de la vie de l'auteur. Jeannette grandit dans une famille extrêmement croyante. Toute sa vie tourne autour de l'Eglise, de sermons, du catéchisme, et autres. Elle semble destinée à devenir missionnaire mais tout bascule lorsqu'à 16 ans elle tombe amoureuse d'une fille. Jeanette doit alors faire un choix entre sa famille et tout ce qu'elle connaît, ou suivre son coeur.

  • Auteur : Jeanette Winterson
  • Langue originale : Anglais
  • Livre et ebook

  • Intrigue

Offre Version Marchand Disponibilité

€ 5-25 - Livre

VF Acheter Les Oranges Ne Sont Pas les Seuls Fruits sur Amazon.fr Non précisée

€ 2-15 - ebook Kindle

VF Acheter Les Oranges Ne Sont Pas les Seuls Fruits sur Amazon.fr Non précisée

Les Oranges Ne Sont Pas les Seuls Fruits (Oranges Are Not the Only Fruit)

Attention Spoiler ! Cette intrigue résume tout le livre. Intrigue traduite de sparknotes.

Jeanette nous raconte l'histoire de sa vie dans ce récit semi-autobiographique. L'histoire commence lorsqu'elle a sept ans et vit en Angleterre avec ses parents adoptifs. Le père de Jeanette n'est presque jamais présent mais sa mère, une chrétienne extrême, domine sa vie. Jusqu'à l'âge de sept ans, Jeanette est éduquée par sa mère à la maison. Son éducation consiste essentiellement à lire la Bible car sa mère veut former Jeanette à être un serviteur de Dieu. La mère de Jeanette l'a adoptée afin d'avoir un enfant sans avoir de relation sexuelle. Jeanette grandit avec l'idée qu'elle est unique et deviendra missionnaire.

L'entourage de Jeanette est tellement enfermé dans ses croyances que personne ne s'inquiète lorsque Jeanette devient sourde. Sa mère et sa congrégation pensaient que Jeanette était dans un état de transe religieuse la coupant du monde jusqu'à ce qu'une membre de son église, nommée Mlle Jewsbury, remarque qu'il s'agit simplement d'un trouble physique. Jeanette est envoyée à l'hôpital. Après son opération, elle passe beaucoup de temps avec Elsie, encore une autre membre de son église, qui lui fait découvrir la poésie et Wagner.

Jeanette ne connaît personne en dehors de son église pendant les sept premières années de sa vie, âge auquel sa mère est forcée de l'envoyer à l'école. Là, Jeanette est un paria à cause de ses convictions évangéliques. Les enseignants rebutent ses dissertation et ses projets artistiques traitant de l'oeuvre missionnaire ou citant la Bible. Une enseignante, Mme Vole, fini par dire à Jeanette qu'elle est obsédée par Dieu et qu'elle effraye les autres élèves lorsqu'elle parle de l'enfer. Mme Vole envoie également une lettre à la mère de Jeanette pour l'avertir du problème, mais sa mère réagit avec joie plutôt que de la colère. Jeanette cesse pourtant de faire référence à des thèmes bibliques, mais ne perd pas son statut de paria pour autant.

Au fur et à mesure qu'elle grandit, Jeanette se rend compte qu'elle n'est pas toujours d'accord avec les enseignements de sa congrégation. Elle reste cependant étroitement liée à sa mère. Jeanette commence aussi à penser à la romance. Elle se demande si les hommes sont des bêtes et écoute attentivement les autres femmes discuter et se plaindre de leurs maris pour se faire une idée.

Un jour, Jeanette voit une fille travailler sur un étal de poissons alors qu'elle se balade dans le centre-ville avec sa mère. Jeanette essaie de lui parler, mais la fille nommée Melanie ne peut pas lui parler à ce moment. Peu de temps après, Jeanette trouve du travail comme plongeuse chez un glacier à proximité du magasin de poisson, et passe ses samedi à travailler en regardant Mélanie. Finalement, Mélanie et Jeanette deviennent amies.

Jeanette amène Melanie à son église et, suite à cette première visite, Melanie accepte d'être sauvée. Jeanette rend ensuite fréquemment visite à Melanie pour étudier la Bible ensemble. Lorsque leur relation se transforme en une histoire d'amour, Jeanette déclare à sa mère à quel point elle est heureuse avec Mélanie qu'elle aime.

Le dimanche suivant, à l'église, le pasteur confronte publiquement les deux jeunes filles sur leur pêché. Melanie se repent immédiatement, mais Jeanette se défend et s'enfuit. Elle se réfugie dans la maison de Mlle Jewsbury, qui est elle-même lesbienne. Ce soir-là, Mlle Jewsbury et Jeanette couchent ensemble. Le lendemain, des membres de l'église tentent d'exorciser les démons de Jeanette en posant leurs mains sur elle pendant quatorze heures. Jeanette refuse pourtant toujours de se repentir, et sa mère l'enferme pendant trente-six heures sans nourriture. Après cela, Jeanette fait semblant de se repentir mais reste convaincue qu'elle n'a rien fait de mal en aimant à la fois Melanie et Dieu.

Sans maison, sans amis et sans l'argent, Jeanette va de petit boulot en petit boulot. Elle travaille d'abord dans une entreprise de pompes funèbres, puis comme chauffeur de camion de glace, et finalement dans un hôpital psychiatrique. Elle croise sa mère ou des membres de sa congrégation de temps en temps, qui la traitent froidement et disent qu'elle est possédée par des démons. Finalement, Jeanette déménage en ville.

Un hivers, après une période de temps non précisée, Jeanette retourne voir sa mère. Sa mère est toujours une fidèle croyante, mais sa ferveur a été ébranlée suite à une histoire de corruption au sein de son église. La mère de Jeanette ne parle pas du mode de vie de cette dernière, mais son comportement indique qu'elle s'est adoucie.

Critiques  Les Oranges Ne Sont Pas les Seuls Fruits - Roman lesbien

Tes infos (facultatives)

* Utilisé seulement pour t'avertir d'une réponse. Jamais partagé, jamais spammé.

Laisse ces champs tels quels :

Sois la première à laisser ton avis !